Isolation : tout savoir sur les isolants biosourcés

Les réglementations environnementales sur la construction et l’habitat ont contribué à de grands changements. Les foyers doivent se conformer à ces nouvelles dispositions. Ainsi, beaucoup d’entre eux décident de rénover leur habitat. Avant d’entamer les travaux, ils font appel à des équipes professionnelles pour réaliser le bilan thermique et le niveau d’isolation des infrastructures. Il existe plusieurs types de matériaux à la fois abordables et non polluants : les isolants biosourcés. Très appréciés par les rénovateurs, voici les recommandations techniques à retenir.

Isolants biosourcés : réglementations et sources

Les isolants biosourcés proviennent de la biomasse et essentiellement de matériaux biodégradables. Ils peuvent également être issus de matières recyclées. L’utilisation de ces isolants a pour objet la diminution de l’empreinte carbone. Ainsi, une très nette réduction des rejets de gaz polluants est notable. Le processus de production de ces isolants est assujetti à des normes environnementales strictes. Grâce à la FDES, les utilisateurs peuvent vérifier les caractéristiques du matériau. La communauté scientifique et le CTSB apportent leur soutien au caractère biosourcés de ces isolants. Labellisés en 2012, ils s’inscrivent notamment dans le code de l’habitat.

Typologie d’isolants biosourcés : biomasse végétale et animale

Il faut savoir que les isolants biosourcés comprennent d’innombrables ramifications. Pour procéder à la sélection, il est important de connaître l’utilisation que l’on veut en faire. Lors d’une isolation extérieure, les isolants d’origine végétale sont plus adaptés. Les fibres de bois sont l’un des piliers de ces techniques d’isolation. Ils sont aussi efficaces qu’un isolant classique. Toutefois, il existe d’autres alternatives comme les laines minérales. D’un point de vue thermique, ce sont de très bons conducteurs. Elles confèrent de très bonnes capacités remarquables et protègent contre les déperditions thermiques importantes. Sinon, pour les constructions d’antan, le béton de chanvre est plus adapté.

Impact environnemental des isolants biosourcés : recyclage et énergie

L’un des objectifs que se fixent les acteurs de la protection environnementale est de favoriser l’utilisation de matériaux non polluants. Les isolants biosourcés s’inscrivent dans cette lutte ardue. Les constructeurs sont sensibilisés dans ce sens. Issus de matériaux divers comme la plume de canard, la laine de mouton, la paille et le textile, la production d’isolants biosourcés ne produit que très peu de gaz à effet de serre. D’ailleurs, ils sont beaucoup moins polluants que les modèles traditionnels. Sachez qu’ils ne peuvent être fabriqués d’une manière totalement naturelle. Toutefois, le pourcentage de composants bio est prépondérant. Les isolants en ouate de cellulose ne contiennent qu’une faible dose d’additifs étrangers.

Travaux de rénovation : bien se renseigner sur les aides financières
Rénovation : comment respecter la réglementation thermique ?